Strider's Headquarters

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - atari

Fil des billets

jeudi, janvier 8 2009

UltraSatan : le successeur du SatanDisk

J'avais déjà parlé ici et ici du SatanDisk, un disque dur amovible à base de cartes mémoire pour les machines Atari de la gamme ST. Son successeur arrive prochainement, plus rapide, plus puissant... une future tuerie ?

Lire la suite...

dimanche, février 24 2008

maxYMiser Live

MaxYMiser Live est un petit bijou, une pure tuerie !
Entièrement codé en assembleur par gwEm, il s'agit d'un chiptracker pour Atari ST et compatibles.

Lire la suite...

vendredi, novembre 30 2007

Pas si mega que ça ? (partie 2)

Après une semaine de maladie, je suis de retour sur mon blog. A cause des vertiges et de la nausée, impossible de toucher à un ordinateur pendant plusieurs jours. Maintenant que je vais mieux, je ne peux pas m'empêcher d'aller sur Internet ou de toucher à mes ST. Un vrai drogué ;-)

J'en ai profité pour prendre le temps de déterminer si les démos citées dans le billet précédent sont vraiment incompatibles avec le Mega STe ou s'il s'agit d'un défaut du SDiskEmul. Après avoir ouvert le Mega STe, j'ai désactivé le SDiskEmul, sans le désinstaller toutefois, et j'ai remis le lecteur de disquettes en mode compatible ST. Les plantages proviennent bien de l'incompatibilité causée par le Mega STe. Dommage car c'est une bien belle machine que j'aurais aimé utiliser plus souvent. Je vais donc réinstaller le SDiskEmul dans mon bon vieux 1040 STe. Il est vrai que pour une compatibilité maximale avec les jeux des années 80, il faudrait plutôt utiliser un STf, mais dans mon cas je choisis le STe car je préfère passer plus de temps à regarder des démos qu'à jouer.

mercredi, novembre 21 2007

Pas si mega que ça ?

Je suis quelque peu déçu par le manque de compatibilité du Mega STe concernant les démos. Bien qu'il démarre en mode 8 MHz et sans cache, je m'attendais au moins à faire tourner toutes les démos STe. Hélas ! D'un point de vue technique, un Mega STe est très proche d'un STe mais pas identique. Le TOS 1.62 laisse la place au TOS 2.06 mais je suppose (non, j'espère !) qu'il n'y a pas beaucoup d'appels au TOS dans une démo.

Quelques démos réfractaires :

  • Colorz (HMD) : plantage au début
  • Blood : plantage au boot (écran blanc, rien ne se passe)
  • Posh : plantage au bout de quelques minutes
  • Flipo : plantage soit au début, soit lors de l'affichage de la Gameboy en 3D
  • Braindamage : plantage au milieu de la deuxième partie

Il est possible que ces problèmes viennent du SDiskEmul puisque je ne lance pas ces démos depuis les disquettes originales. Un de ces quatre, je reviendrai à la configuration d'origine pour en avoir le coeur net. J'ai effectivement un doûte sur Colorz et Blood qui plantent dès le boot.

Le Mega STe reste cependant une bien belle machine, agréable à utiliser. Gros avantage dans mon cas bien particulier : il est facile de poser l'écran sur le boîtier, libérant ainsi pas mal de place sur le bureau.

dimanche, novembre 11 2007

Remise en état du Mega STe

Un bien belle machine qui a désormais sa place entre le PC et le Falcon. Ce week-end, je l'ai remis en état et j'ai installé le SDiskEmul à l'intérieur.
Attention, ce billet contient un taux de geekerie largement supérieur aux normes autorisées ;-)

Lire la suite...

Alchimie 7

Le week-end dernier s'est déroulée l'ultime Alchimie. Il s'agit du principal rassemblement francophone d'informatique alternative, essentiellement basé autour de l'Amiga, avec une place de plus en plus importante prise par la communauté Linux en raison de la présence d'associations oeuvrant dans ce domaine.
Un bref compte-rendu de ce week-end, suivez le guide...

Lire la suite...

jeudi, novembre 1 2007

Sauvé de la poubelle

Hier, j'ai récupéré un Mega STe qui allait tristement finir sa vie dans une déchetterie.

Une fois dépoussiérée, j'ai ouvert la bécane pour voir ce qu'elle avait dans le ventre : TOS 2.06 en français et 4 Mo. Hélas, pas de carte SCSI. Une bien belle machine, très bien conçue. Pas de blindage métallique grâce à une peinture spéciale, un agencement propre, pas de bidouilles hardware de dernière minute, une pile au lithium pour l'horloge, etc. Difficile de croire que le Mega STe est antérieur au Falcon.

mega_ste.jpg

Il me reste à le nettoyer et à réparer le clavier car deux touches ne répondent pas. Je pense que je souderai deux fils sur la carte mère pour installer le SDiskEmul dedans. Quand au SatanDisk, aucun problème, il fonctionne à merveille.

Je m'en occuperai plus tard car ce week-end c'est l'Alchimie 7, le rendez-vous des fous furieux de la micro, et bien entendu je dois terminer les DTV d'abord.

samedi, octobre 20 2007

SatanDisk : premières impressions

Les disques durs sur Atari ST ont bien piètre réputation. Ils sont encombrants, bruyants, lourds et de faible capacité. Dans les années 90 il existait des adaptateurs ACSI vers SCSI, permettant de brancher des disques durs SCSI, mais l'ensemble était toujours encombrant. Début 2007 : des ataristes de l'Europe de l'Est débutent un projet prometteur : un lecteur de cartes mémoire sur le port disque dur de l'Atari ST.

Gros plan sur le SatanDisk

De petite taille, le SatanDisk se branche sur le port ACSI du ST et nécessite une alimentation externe. N'importe quel transfo régulé fournissant environ 9 volts fait l'affaire. J'ai reçu le mien le 20 août. Il faut bien lire la doc pour éviter les boulettes, du genre retirer la carte alors que le SatanDisk et le ST sont encore allumés. L'habitude des lecteurs USB où tout se branche et se débranche à chaud ;-)

SatanDisk complet

SatanDisk complet

 

Gros plan sur le SatanDisk et le cable modifié

Gros plan sur le SatanDisk et le cable modifié

 

Je n'ai pas rencontré de problème lors de l'installation et de l'utilisation. Une fois HDDriver recopié sur une disquette double densité, j'allume mon STe afin de paramétrer le SatanDisk. Je possède une carte de 512 Mo et, par chance, cela correspond à la taille maximale reconnue par mon STe. Sous HDDRUTIL, partitionnement en mode hybride TOS/DOS, puis je place la carte dans le lecteur en façade sur mon PC. Je copie quelques programmes sur la SDCard que je place dans le SatanDisk. J'allume ce dernier puis le STe : ça y est, j'ai un disque dur amovible minuscule, totalement silencieux, léger et de grande capacité !

Dans un prochain billet je parlerai de l'installation, qui peut vite devenir une prise de tête lorsqu'on possède des cartes de grande capacité (supérieure à 512 Mo).

jeudi, octobre 18 2007

SDiskEmul : ajout d'un lecteur externe

Avec quelques jours de décalage, la suite de mes aventures avec le SDiskEmul. Le 9 octobre, Sundance, l'un des concepteurs, informe sur Yaronet qu'un patch hardware est disponible pour accueillir un lecteur externe. Cette modification est assez simple à réaliser et Sundance propose de l'envoyer gratos à tous ceux qui en feront la demande. Ni une, ni deux, je lui envoie un mail le 10 au soir, le patch part de chez lui le 12 et je le reçois le 13. On dit beaucoup de mal de la Poste, mais ils ont bien assuré sur ce coup !

Sundance et Rvs présentent la modification sur leur site.

AvantAprès

Ayant reçu le patch samedi midi, je profite de mon après-midi pour monter tranquillement la puce sur la bête. Le temps de couper les pistes, souder le transistor, placer le strap et l'affaire est dans le sac. Fort heureusement, le SDiskEmul dispose d'un report du connecteur d'alimentation, ce qui me permet de brancher un lecteur PC assez facilement. Il faut bien un lecteur PC, ça ne fonctionnera pas avec le lecteur d'origine du ST. La nappe doit être droite, donc on oublie les nappes où 4 fils sont inversés. Branchement à l'arrache et tests dans la foulée :

Installation dans un STe

Hé bien c'est impeccable, du vrai plug and play, mon STe m'affiche le contenu de la disquette B:. Puisque tout est ok, on referme le tout car il y a assez de place pour que les cables puissent sortir du côté droit. Voici ce que ça donne :

Vue de côté une fois l'Atari refermé

SDiskEmul + lecteur externe + SatanDisk

STe équipé du SDiskEmul et du SatanDisk

Vue sur le côté droit

Le lecteur externe avec le SatanDisk

Le STe tout équipé

Il s'agit ici d'une solution temporaire car l'accès à la SDCard n'est pas aisée. A vrai dire, je l'extrais avec une pince à épiler ;-) En effet, le fait de placer le SDiskEmul en interne n'est pas pratique car, outre la difficulté d'accès à la carte, s'ajoute la quasi-impossibilité de vérifier si les LED sont allumées (ou alors il faut bien regarder en face du trou). Plus tard, je me bricolerai un boîtier interne à partir d'une carcasse de lecteur de disquettes, avec report des LED et du bouton en façade.

Et dans la pratique ?

L'installation est une chose, l'utilisation en est une autre. Alors, ce lecteur virtuel est-il efficace ? Franchement, oui ! La carte fournie dispose de suffisamment d'espace pour stocker un nombre impressionnant de jeux ou de démos. C'est une carte de 512 Mo et il est possible de mettre des cartes de 4 Go ! La mise à jour du firmware est enfantine : on place un fichier sur la carte puis on le sélectionne avec le menu de configuration. N'importe quel PC peut lire et écrire sur la carte puisqu'elle est formatée en FAT32, cependant les dossiers et les fichiers ne doivent pas dépasser 8+3 caractères, comme sous DOS ou TOS.

La compatibilité est très bonne, quel plaisir de pouvoir accéder aussi facilement aux meilleures démos ST ! De plus, mon STe est devenu totalement silencieux, j'entends à peine le léger sifflement du moniteur et un très faible cliquetis provenant du lecteur externe. Sundance est très réactif, à peine lui ai-je signalé des erreurs sur quelques jeux ou démos qu'il prépare déjà un correctif ! En tous cas, on ne peut pas dire que le service après-vente laisse à désirer.

mardi, octobre 16 2007

SDiskEmul : installation

Un peu de technique aujourd'hui avec l'installation du SDiskEmul, un émulateur de lecteur de disquettes. Cette carte permet de lire des images de disquettes au format MSA ou ST contenues dans une SDCard.

Il s'agit du périphérique rêvé pour tout amateur de démos ou hardcore gamer. Je vous recommande chaudement l'acquisition du SDiskEmul avant qu'il ne soit plus fabriqué. De plus, son créateur est quelqu'un de sympathique, réactif et ouvert à toute demande d'évolution logicielle ou matérielle.

Mercredi 3 octobre, la carte est arrivée. Sans plus attendre, je descends mon STe dans la salle d'opération (le garage, quoi). Je retourne la bête sur le ventre pour mettre ses entrailles à nu, le fer à souder déjà chaud comme la braise. La carcasse s'enlève sans difficulté, ce qui n'est pas le cas du blindage car les vis usées empêchent toute intrusion.

Une fois la carte mère accessible, il me faut souder deux cables sur l'entrée et la sortie vidéo, sans oublier la masse. A quoi cela sert-il ? Le SDiskEmul affiche son menu de configuration grâce à une incrustation vidéo. Des fiches femelles et mâles sont fournies afin de pouvoir retirer la carte à volonté.

Les soudures sur la carte mère

Les soudures sont faciles à faire, rien à voir avec le DTV (j'en parlerai bientôt). Ensuite, j'installe un carton sous le SDiskEmul par mesure de sécurité.

Zoom sur la carte SDiskEmul

Je branche la nappe du lecteur de disquettes sur la carte, ainsi que l'alimentation, en faisant attention à la couleur des fils car le rouge doit se trouver en haut. Tout est prêt, il est temps d'aller tester tout ça.

La jungle des nappes et des cables

Le STe démarre normalement mais je ne peux pas accéder au menu du SDiskEmul ! Malgré le réglage de l'incrustation à l'aide d'un petit tournevis, il n'y a absolument rien. Après quelques tests, je m'aperçois qu'une des prises mâles a un problème car elle provoque un court-circuit. Le temps de refaire les soudures sur l'extrémité du cable et le STe est remis à contribution. Ca marche ! Avant de mettre des images de disquettes, j'en profite pour télécharger la dernière version du firmware puisque la SDCard doit être formatée au préalable. Il suffit de la formater en FAT32 et de copier deux fichiers dessus. Une fois ceci fait, je récupère les premières images de démos et de jeux qui me tombent sous la main.

C'est l'occasion de regarder de bonnes vieilles démos comme la fantastique Braindamage, le bruit du lecteur de disquettes en moins !

- page 1 de 2